Le vice-président de l’association Anticor, était l’invité du Corsica Sera samedi 16 février.

 Il est revenu sur le dossier des fraudes aux primes agricoles et sur la création d’une plateforme entre des associations insulaires afin d’œuvrer collectivement sur certaines problématiques.

For privacy reasons YouTube needs your permission to be loaded. For more details, please see our Politique de confidentialité.
I Accept

Éric Alt, le vice-président de l’association Anticor, s’est rendu samedi 16 février à Corte à la rencontre de plusieurs associations insulaires comme U Levante, Ava Basta. L’objectif : mettre en place une plateforme citoyenne afin d’œuvrer collectivement sur des problématiques transversales et relever les éventuels dysfonctionnements.

Le dossier des primes agricoles a été évoqué ce soir, Anticor avait saisi l’instance européenne en 2015 sur des dysfonctionnements. L’association avait déposé plainte auprès du parquet national financier l’an passé. Vous évoquiez 36 millions d’euros de fraudes sur quatre ans, on est autour de 536 000 euros. Que s’est-il passé ? 

L’enquête doit déterminer le montant réel des fraudes. Ce qui nous intéresse, c’est la question de principe. Imaginez un match de football, les joueurs jouent avec les mains et l’arbitre regarde ailleurs. L’arbitre, c’est l’État ou parfois des acteurs locaux. C’est ce qui s’est passé.

Si nous avons saisi le parquet national financier, c’est parce que nous pensions qu’il était plus facile pour le parquet national financier de remonter les responsabilités. Six agriculteurs, ce n’est pas ça l’enjeu. L’enjeu, c’est les personnes qui à la préfecture, dans les services de la collectivité territoriale n’ont pas fait leur travail.

Par France 3 Corse ViaStellaPublié le 17/02/2019 à 10:42