Des dizaines de gilets jaunes étaient réunis ce samedi à Ponte Leccia pour débattre autour de Juan Branco du futur de ce mouvement qui est loin de s’étendre.

Dans le cadre d’une réunion avec l’avocat militant Branco, une longue réunion de l’associda Gilets Jaunes a eu lieu à 14 heures samedi à Ponte-Leccia.

La rencontre a démarré avec un public nombreux, plus d’une cinquantaine de personnes présentes. Il fut riche et animé, beaucoup de sujets ont été soulevés (panier de la ménagère, les institutions telles que les CFC, l’Office National des Transports, La Méridionale qui va très mal terminer l’année et, bien entendu, comme toujours le milieu agricole et les aides en question).

Une plate-forme citoyenne
Les citoyens acteurs doivent s’emparer des outils qui vont être mis en place pour ne surtout pas rester dans « l’enfermement » programmé.

Après une courte pause, durant laquelle Juan Branco a dédicacé son livre « Crépuscule », un groupe s’est constitué pour créer les bases de la plate-forme citoyenne. Et élaborer la déclaration suivante : “Nous soussignés, citoyens, citoyennes et associations de Corse, décidons de nous regrouper en une plate-forme pour œuvrer sur ce territoire à une démocratie active. Notre objectif, jouer un rôle prépondérant dans le dialogue des citoyens avec tout acteur, toute organisation, toute institution publique ou privée dans une démarche démocratique, laïque, de justice et de paix. La plate-forme solidaire est ouverte aux individus, groupements ou associations partageant les mêmes valeurs.

« La République et les groupes d’intérêts »
A 18 h 45 seconde pause dîner pour cause de fringale, certains venaient de loin et avec la froidure locale, il va sans dire que cela s’imposait. Aux alentours de 20 heures le débat reprenait avec Me Juan Branco pour une conférence « La République et les groupes d’intérêts ».

Inouï à une heure pareille, la salle était comble des nouveaux venus s’étant joints au public présent.

L’assemblée a été édifiée par les révélations explosives de Juan Branco qui a baigné dans ce milieu de « 1er de la classe » prétentieux.

Le déni de démocratie, la corruption, les atteintes à la vie privée, et j’en passe ; je me permettrais, d’ajouter et cela ne concerne que ma parole, les « dents qui raclent le sol ».

Tous ont pris conscience des responsabilités qu’ils auront au moment de voter dans les mois à venir. Après plus de deux heures de discussion les invités et intervenants ont levé « le camp », la pluie tombait au dehors, dans le noir de la nuit polaire de Ponte Leccia. Merci à ceux qui sont venus faire la preuve que les Gilets Jaunes ça n’est pas une utopie et qu’il y en a en Corse et aussi dans l’intérieur.

Participants
Gilets Jaunes
Anticor avec Dominique Yvon référent pour la Corse
Femmes Solidaires Rosy Sarrola
UNAFAM région corse Mme Andreani
Fédération 3977 (contre la maltraitance des personnes âgées et handicapées)

Ava Basta I Paceri Joseph Maestracci et J. Christophe Orsoni
ADACAPI Les Hauts d’Orezza
ABCDE Vincente Cucchi
Hélène et Yvan Popoff
Michel Mattei agriculteur
A Filetta

Source CORSE NET INFOS
Ponte-Leccia : Gilets jaunes sans haine ni violences Rédigé par Danielle Campinchi le Dimanche 7 Avril 2019 à 13:15